Comme un lundi

Ne pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué. Cette absence de nouvelles est excusée par quelques complications de la situation précédemment mentionnée. Par pudeur, je garderai tous ces détails pour moi; ils seront consignés ailleurs, un jour, peut-être. J’aurai certainement appris de tout cela et ça ira mieux. Mais pour le moment, on vit au jour le jour en progressant, quotidiennement, en travaillant sur les sujets nécessaires.

La saison des aurores boréales s’est achevée et égoïstement je suis ravi de ne plus avoir à expliquer le phénomène aux clients de l’hôtel. Enfin, ils vont continuer de demander s’il peuvent les voir quand bien même il ne fait plus vraiment nuit.

Difficile de trouver un angle à cet article, je crois que j’ai quand même bien pris l’habitude d’essayer de rassembler ce qui fonctionne, de rester positif dans le texte même quand le négatif prend le pas sur le reste dans la vie. Mais ce n’est pas toujours possible.

Même bien entouré, je me sens seul. Ce n’est ni la faute de l’Islande, ni de mes amis, et ce serait certainement identique en France comme ailleurs. Mais il y a aurait peut-être au moins l’illusion, le monde autour. Ici, aujourd’hui, je ne suis pas sorti, la température n’a pas dépassé les 5 degrés et il a majoritairement plu. Les jours où je travaille, je fais du 8h-20h et je rentre épuisé, bien souvent épuisé de n’avoir pas assez fait dans cette journée, de ne pas avoir de but. Alors je rentre et me couche pour recommencer le lendemain. Je ne me bouge pas assez, je ne sors pas assez. M’ennuyer ne me dérange pas toujours, mais je crois que m’ennuyer avec quelqu’un me manque. Une fois que l’on a connu cela on a du mal à imaginer autre chose. Et pourtant, ça ne se provoque pas, il faudra bien s’y faire.

Bref, j’ai du chemin à parcourir pour atteindre un but qui m’est encore inconnu, qui se jouera ici ou ailleurs. J’ai bien compris qu’il me fallait trouver un autre boulot, plus adapté à mon rythme et surtout qui challengerait un peu plus mon cerveau. Ah oui, je suis tout de même content dans mon travail, pour son contexte et sa flexibilité. Et je dois faire du bon boulot puisque je serai manager pour le mois de juillet pendant que ma manager habituelle prendra ses vacances. Une preuve de confiance. Mais j’ai besoin de quelque chose qui me correspondra plus. Je pense postuler dans l’urbanisme ici, dans un premier temps. Voir ce que ça donne, voir si c’est possible. Je ne pars pas hyper optimiste mais mes connaissances en islandais commencent à être assez développées pour imaginer remplir les conditions d’embauche. Le problème est surtout le manque d’options; il y a bien quelques bureaux d’études ou la mairie de Reykjavík mais au-delà de ça, pas grand chose. Si cela ne fonctionne pas, la question d’un ailleurs aura a priori une réponse. Là où des opportunités voudront-elles bien de moi ?

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s