Post #17 – Vestmannaeyjar

Sophie m’a dit d’écrire un article. Je croyais vous avoir écrit mi-janvier mais en fait non, je n’ai même pas pris la plume en 2017. Et Sophie est bien placée pour en parler, elle qui publie un article tous les ans – mais c’est vrai que son dernier est plus récent que le mien. Pourquoi écrit-on aussi peu ? La flemme ? Peut-être. Le temps qui manque ? Certainement. Je ne m’étais même pas rendu compte que ça faisait aussi longtemps.

J’ai survécu à l’hiver et voilà l’arrivée toute relative du printemps. Il a encore neigé il y a quelques jours. Mais l’allongement des jours prononce aussi le retour des sorties. Le soleil m’a réveillé ce matin, il se lève déjà tôt – et moi je n’avais pas tellement envie de m’y soumettre, mais bon.

La semaine dernière, on a mis nos voitures dans le ferry et on est partis sur les Vestmannaeyjar (les îles des hommes de l’Ouest) pour ma deuxième visite de l’île dans l’île. Cette fois-ci, c’était un peu plus mouvementé et pourtant c’était un peu plus organisé. Jusqu’à quatre heures avant le départ du ferry, on ne savait toujours pas d’où il était censé partir. Þorlákshöfn ou Landeyjahöfn ? Le premier est à 45 minutes de Reykjavík, l’autre à 2h. Autant dire juste à côté. C’est finalement de Landeyjahöfn que nous partons avec le dernier ferry qui nous fait arriver à la nuit tombée.

La chance était avec nous pour la météo. La journée du samedi était ensoleillée sur Heimaey (l’île principale) et sur Eldfell, “la montagne de feu“, qui veille silencieusement sur le village.

DSCF1435.JPG
La ville de Heimaey vue d’un volcan âgé de 44 ans qui a en partie enseveli l’île. – Heimaey, from the 44-year-old volcano that covered a part of the island.
DSCF1457.JPG
Une rue à moitié disparue. – A street that almost disappeared.

Le dimanche, l’île a tenu ses promesses : de la pluie, du vent, une petite tempête et quelques frayeurs sur le ferry. On parle de ne partir que le lundi matin ! Mais plus de peur que de mal, nous partons simplement avec une heure de retard, cette fois-ci pour l’autre port, Þorlákshöfn. Ouf.

Ce début d’année est aussi l’occasion d’un petit changement. J’ai démissionné et partirai le 30 juin, pour d’autres projets. J’ai commencé à postuler ailleurs – mais toujours en Islande – dans l’hôtellerie. Comme quoi, les rêves d’enfance ne partent jamais vraiment. Je m’étais dit que j’allais aller travailler à la campagne, hors de la capitale, pour mieux connaître le pays, mais après réflexion, je pense ne pas être prêt à y passer l’hiver. J’attendrai l’été. Pour le moment, ce sera Reykjavík.

aurore sur reykjavik
L’hiver est presque fini mais le ciel n’a pas dit son dernier mot. – Winter is almost over but the sky hasn’t said its last word.

Sophie told me to write a post. I thought I already wrote to you in mid-January but apparently I did not. Not at all in 2017. Why do I write so little? Lazy? Perhaps. Busy? Certainly. I had not even realized that it had been that long.

I survived the winter and spring is quietly coming. It still snowed a few days ago. But the lengthening of the days also meant that I could go back outside, hiking or travelling. The sun woke me up this morning, it gets up early (even if I don’t want to wake up).

Last week, we put our cars on the ferry and went on the Vestmannaeyjar (Vestmann Islands) for my second visit of “the island of the island”. Until four hours before the departure of the ferry, we still did not know where it was supposed to leave from. Þorlákshöfn or Landeyjahöfn? The first is 45 minutes away from Reykjavík, the other is 2 hours. Almost next door, right? It is finally from Landeyjahöfn that we leave with the last ferry that makes us arrive at night.

We were very lucky with the weather. Saturday was sunny on Heimaey (the main island) and on Eldfell (“the mountain of fire“) which silently watches over the village.

On Sunday, the island kept its promises: rain, wind, a little storm and a bit of fear about the ferry. We heard that we might only leave on Monday morning! But finally, we just left an hour late, this time for the other harbour, Þorlákshöfn. Phew.

The beginning of the year is also the time of a small change. I resigned and will leave on June 30 for other projects. I started to apply elsewhere – but still in Iceland – in the hotel business. Finally, childhood dreams never really leave. I had thought that I was going to work in the countryside to get to know the country better, but after some reflection, I think I am not ready to spend the winter there. I’ll wait for summer. For now, it will be Reykjavík.

Advertisements

2 thoughts on “Post #17 – Vestmannaeyjar

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s