Été et tout plein de vitamines ✱ Summer and loads of vitamin

English below

Il y a encore quelques semaines, je me plaignais du froid, de la neige, bref, de l’hiver. Jeudi passé, c’était le premier jour de l’été selon l’ancien calendrier nordique. C’est un jour de fête nationale ici, férié, où les Islandais hissent le drapeau devant leur maison. Contrairement à la France, il n’est pas honteux de mettre le drapeau de son pays devant sa maison. Alors, c’est vrai, il a neigé il n’y a que quelques jours. Mais peut-être les Dieux nordiques ont cédé à la force de l’été qui a pris la place d’un hiver qui fut un peu long mais qui semble déjà être loin derrière.

Le soleil, qui s’est fait si rare en décembre et en janvier, vient lécher mes rideaux dès 5h30 du matin. Bientôt, la nuit disparaîtra.

Depuis mon retour de France, il y a eu un petit changement. J’ai cédé à la “mode” islandaise, celle d’être propriétaire d’une voiture. Frustré d’avoir dû me confiner à Reykjavík (bon, peut-être pas à ce point, mais vous comprenez l’idée), il m’a semblé bon d’assouvir ma soif d’air pur et de paysages majestueux en allant y déposer un peu de mon essence sans plomb. J’ai déjà bien rentabilisé l’achat, du moins j’essaie d’en profiter. Quelques petites randos ont été au rendez-vous ces derniers week-ends et hier encore.

Hier, je retournais à Glymur, la seconde plus haute chute d’eau d’Islande, à quelques encablures de Reykjavík (entendre 1h15). J’avais déjà tenté, il y a quelques temps (entendre 3 ans et demi) de m’en approcher avec mes compères Erasmus de l’époque, mais la tentative avait été infructueuse, puisque le pont (entendre un rondin de bois et une corde), passage obligé pour rejoindre le chemin, avait été emporté. Cette fois-ci, point de problème, nous pouvions monter du bon côté de la gorge pour atteindre la magnifique cascade digne d’un décor de film autour de laquelle nichent des centaines d’oiseaux. Après environ 1h30 de marche, on arrive en haut de la cascade, et l’on peut traverser, pieds nus et pantalon remonté, la rivière qui la crée, pour redescendre de l’autre côté. Ce qui est pratique, c’est que la température de l’eau (vu que cela vient directement du glacier je dirais environ 2°C) fait vite oublier la douleur que procure le fait de marcher sur ces petits cailloux. J’essayais de trouver un équivalent de cette cascade et de cette gorge en France, mais je n’ai pas réussi. C’est autre chose.

La France, tiens, parlons-en (quelle belle transition). Le 23 mars, je m’envolais vers la “maison”. Les guillemets sont d’usage. Certes, j’étais hyper heureux de pouvoir retrouver tout le monde, famille & amis, et j’ai déjà hâte de revenir les voir, en septembre. Mais quelques heures à Paris ont suffi pour me rappeler pourquoi j’étais parti. Avant de m’envoler de Keflavík, un doute m’avait envahi. Et si je préférais rester en France ? Le doute n’est pas resté très longtemps. J’ai compris que ma maison se trouvait en Islande maintenant.

Quand je suis allé faire une carte de bibliothèque, la dame m’a informé que je possédais déjà une carte (datant de mon Erasmus).
– Je vois que vous avez déjà une carte de bibliothèque, vous l’avez toujours ?
– Oui, elle doit être à la maison.
– Vous voulez dire, chez vous, dans votre pays ?
– (moue renfrognée) Euh non, chez moi, ici, je vis ici

Il n’y a plus qu’à être capable d’avoir cette conversation en Islandais pour que ce soit vraiment crédible.

 

English version

Still some weeks ago, I was complaining – as French people do – about cold, snow and the six months we call winter here. Last Thursday was the “First day of Summer”. The use of quotes here is on purpose, as a few days ago it was still snowing. Anyway, the First day of Summer is a holiday and the occasion of putting the Icelandic flag at the front of each house. And perhaps the Nordic odds succeded to make summer this day; the winter already seems quite far away from now.

The sun, which was sooo unusual in the wintertime, comes now very early to wake me up – around 5:30 these days. The night is going to disappear soon.

Since I came back from France, something changed. I surrendered to the Icelandic law, that states that no one can live here without a car. So frustrated for being stuck in Reykjavik for the whole winter, I thought it was a great idea to satiate my need of wonderful landscapes and pure air in spreading some engine smoke into this so-called pure air. And a car means: hiking!

Yesterday, I was back to Glymur, the second tallest waterfall in Iceland, not so far from Reykjavík (circa 1h15). I already try to hike there a few years ago with my Erasmus mate, but at the time the “bridge” (nothing more than a tree trunk) had been swept away. This time, it was still there and we could reach the waterfall by the right side, to see this amazing flow of water entirely. Then, we had to cross the river responsible for creating those falls to go back from the other side. Means we had to be barefoot in a two-degrees-Celsius water. How cold. Anyway, the views were worth the hike. We felt like in a movie with this landscape and the hundreds of birds flying around.

I was talking about France earlier. On March the 23rd, I flew to my “home”. Here again, the quotes are on purpose. I was surely happy to see my family and my friends and I am already looking forward to see them in September. But a few hours in Paris were enough to remind me why I moved from there. I understood that my home was in Iceland now.

This reminds me my conversation with the library lady.
“I see that you already have a library card. Do you still have it?
– Yes, it might be at home.
– You mean, in your country?
– (Grumpy face) No, I mean home, here, in Reykjavík.”

Perhaps to be more credible I should learn to have this conversation in Icelandic.

La prochaine fois, je vous écrirai peut-être en Islandais.

IMG_7109
Glymur
IMG_7221
Traversée de rivière glacée
IMG_7237
L’arrière-scène – Behind the stage
DSCF6609
Þingvellir
DSCF6591
L’arrivée de l’été n’a pas encore empêché le spectacle majestueux des aurores
Advertisements

3 thoughts on “Été et tout plein de vitamines ✱ Summer and loads of vitamin

  1. Voir une aurore boréale, que bonheur ! J’imagine aussi qu’avec les journées qui se rallongent, la lumière doit être belle et différente (de la France) le soir.
    bises

    1. Ah c’est quelque chose oui :)
      Et le soleil du minuit c’est magnifique. Un peu perturbant parce qu’on n’a pas l’habitude, mais magnifique. C’est spécial de revenir d’un dîner vers 1h du matin et avoir des couleurs de coucher de soleil qui sont aussi celles du lever !

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s