J+3. Premiers pas, bis.

Cela fait maintenant un peu plus de 72h que je suis arrivé à Reykjavík. J’ai eu le temps de m’installer, d’effectuer quelques démarches et, déjà, de me mettre au boulot. J’ai rencontré mes collègues, pris connaissance des tâches qui m’attendent, et j’ai hâte de commencer lundi !

Deuxième coucher de soleil, en face de chez moi.
Deuxième coucher de soleil, en face de chez moi.

Le retour à Reykjavík fut différent de celui que j’aurais pu imaginer. La citation de Xavier (Romain Duris) dans L’Auberge espagnole, est plus vraie qu’on ne peut le penser.

Quand on arrive dans une ville, on voit des rues en perspective, des suites de bâtiments vides de sens. Tout est inconnu, vierge. Voilà, plus tard on aura habité cette ville, on aura marché dans ses rues, on aura été au bout des perspectives, on aura connu ses bâtiments, on y aura vécu des histoires avec des gens. Quand on aura vécu dans cette ville, cette rue on l’aura pris dix, vingt, mille fois. Au bout d’un moment, tout ça vous appartient parce qu’on y a vécu.

Reykjavík revêt ses couleurs d'automne.
Reykjavík revêt ses couleurs d’automne.

Vous voyez, mercredi, quand j’ai emprunté à nouveau les rues de Reykjavík, un sentiment étrange m’a atteint. Celui de n’être parti que quelques temps en vacances et d’en revenir. J’avais rêvé ce moment, mais il n’était pas comme dans mon rêve. Les lieux n’ont pas changé, évidemment. Mais les personnes avec qui j’ai partagé mes six mois ici il y a trois ans ne sont plus là. J’ai pris conscience qu’il y a quelque chose à (re)construire. Pas de road trip avec des inconnus au programme, pas d’autre étudiant perdu à qui parler.

À peine arrivé que déjà le ciel me gâte.
À peine arrivé que déjà le ciel me gâte.

Cette fois-ci, aucune date “de péremption”. Je suis là pour longtemps. Ça tombe bien, construire quelque chose en étant travailleur et non plus étudiant, ce n’est pas la même histoire. C’est un défi qui m’attirait, qui m’attire et qui, j’en suis convaincu, m’attirera pendant les prochaines années, même si c’est parfois étrange à réaliser.

C’est différent, mais c’est tout aussi séduisant.

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s