Épisode 2 : le retour

Ça va bientôt faire trois ans que je vous bassine avec l’Islande. Famille, amis, proches, collègues, dates, vous entendez continuellement parler de cette passion que j’entretiens. On la retrouve sur les murs de mon appartement, sur le fond d’écran de mon ordinateur, sur mes t-shirts, bref, partout où je le peux. On me connaît à peine que l’on sait déjà que je cultive cette idée. Celle de repartir.

Comme touriste ? Non, déjà fait. J’ai eu l’occasion de visiter pendant mes six mois d’Erasmus le pays, même s’il me reste encore quelque inexploré recoin. Il y a une chose que je n’ai pas pu découvrir : la vie en société. Celle d’un travailleur, d’un expatrié.

L’occasion s’est présentée à moi. J’avais l’intention de chercher du travail sur place, j’avais pris mon billet d’avion, fin mai, déjà. C’était compliqué, je n’y croyais pas. Puis, les contacts se faisant, continuant à bassiner le monde entier avec mon projet, j’ai fini par trouver un travail, avant même de remettre les pieds en Islande.

C’est parti. Le 30 septembre, je remonte dans l’avion. Le billet retour ? Le billet retour, c’est Paris-Reykjavík. L’aller, c’était le 21 décembre 2012. J’ai changé, en trois ans. J’ai grandi. J’ai fini mes études. Ma personnalité n’est certainement plus la même ; elle avait déjà été ébranlée par le semestre islandais. J’ai découvert et aimé Paris. Je l’aimerais encore, d’ailleurs. Mais le timing était parfait. Master en poche, c’était le moment. Avec un boulot intéressant assuré à l’arrivée, comment s’en priver ?

Reprendre ce blog prend alors tout son sens. J’aurais pu repartir à zéro, mais ce serait occulter les raisons de mon nouveau départ pour l’Islande. Il permet de comprendre d’où je viens. Vous ne saurez certainement pas tout sur moi, loin de là, mais vous comprendrez d’où me vient cet amour pour ce petit pays.

À partir du 1er octobre, je deviens un expatrié. J’ai bien l’intention de vous relater, à nouveau, une aventure, si différente soit-elle de la première. Et, je dois bien l’avouer, il y a quand même une petite appréhension.

À vous écrire.

Antoine

Depuis mon retour, ce tableau peint par ma marraine orne les murs de mon appartement. Issu d'une photo que j'ai prise à Budir, il m'accompagne au quotidien et me rappelle une des raisons qui fait que j'y retourne : la beauté et la pureté des paysages.
Depuis mon retour, ce tableau peint par ma marraine orne les murs de mon appartement. Issu d’une photo que j’ai prise à Buðir, il m’accompagne au quotidien et me rappelle une des raisons qui fait que j’y retourne : la beauté et la pureté des paysages.
Advertisements

One thought on “Épisode 2 : le retour

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s